Horaires : 09h-12h30h et 13h30-18h du lundi au vendredi
Contact : ‭06 50 44 77 60‬‬

SUPERVISION ET RÉGULATION D’ÉQUIPES

  • Bien-être du professionnel
  • Cohésion d’équipes
  • Gestion d’équipes

Consultations sur rendez-vous | Prestations sur devis

SUPERVISION ET RÉGULATION D’ÉQUIPES

Qu’est-ce que la supervision professionnelle ?

Superviser une équipe : De quoi parle-t-on ?

Analyse des pratiques (lien texte vers page analyse des pratiques), supervision psychologique séances de régulation d’équipe… autant de termes importants dans l’accompagnement des équipes professionnelles, souvent utilisés les uns en lieux et places des autres dans une certaine confusion, conduisant à une perte de sens générale et parasitant la pertinence de ces précieux outils de travail.

Dans le monde subjectif du langage humain, les appellations revêtent leur importance. Non seulement les mots analyse des pratiques, supervisionpsychologique et régulation d’équipe ne génèrent pas les mêmes attentes chez les différents membres des équipes, mais de plus, chacune d’elles exige un cadre et des règles spécifiques.

À travers cette petite présentation, j’espère pouvoir vous aider à lever le voile qui règne autour de ces notions afin d’éclaircir leurs différences et vous permettre de les utiliser dans la meilleure adéquation avec les besoins réels de vos équipes, tout en respectant les cadres respectifs nécessaires à leurs réalisations.

Supervision psychologique, pour quoi, pour qui ?

Quelle que soit votre institution : soins généraux, psychiatrie, structure médico-sociale, MECS, EHPAD, ou autre… vos équipes prennent en charge la souffrance humaine au quotidien et sont confrontés à de multiples difficultés, conscientes et inconscientes. Chaque rencontre clinique comporte déjà son lot de freins potentiels, de résistances et de risques d’intrusions, sans parler de contextes de prise en charge plus complexes.

Chaque situation difficile rencontrée par les professionnels a des conséquences inéluctables autant sur leurs interventions auprès du public, que sur leur qualité de vie au travail.

Au sein du travail d’accompagnement, ces difficultés menacent les capacités d’empathie, de non-jugement, de bienveillance et de bientraitance de vos équipes, pour ne citer que les attitudes de base nécessaires en relation d’aide, ainsi que leurs capacités à prendre du recul et à donner du sens à leurs comportements.

Concernant leur propre bien-être au travail, ces situations mettent au-devant de la scène le risque de stress chronique et d’épuisement professionnel (Burn-Out).

Ainsi, les groupes de parole pour les équipes, dans leurs diverses déclinaisons d’analyse de pratique, de supervision psychologique ou de régulation d’équipe, s’avèrent être des moyens d’accompagnement efficaces et nécessaires pour améliorer la pertinence des interventions, la prévention des maltraitances, ainsi que la prévention des risques psychosociaux.

Supervision psychologique, définition et spécificités :

Contrairement à l’analyse des pratiques, superviser une équipe implique un espace de réflexion régulier, autour des pratiques quotidiennes des équipes, mais pas seulement. Animée par un psychologue superviseur ou un psychiatre superviseur, extérieur à l’institution, elle permet de travailler sur les difficultés personnelles éprouvées par chacun du fait de la pratique professionnelle. C’est-à-dire, qu’est ce qui, dans telle ou telle relation d’accompagnement, va renvoyer chaque être humain à sa propre histoire personnelle, et potentiellement le paralyser dans sa capacité à rester professionnel.

La supervision psychologique permet l’émergence d’une réflexion clinique qui a pour but de remettre du sens dans les projets d’accompagnements, mais surtout, de prendre du recul avec les émotions ou les difficultés personnelles des professionnels en jeu dans la relation clinique, et de permettre leur apaisement afin qu’ils n’entravent pas la qualité du travail engagé.

Une séance de supervision psychologique est un espace où l’on aborde un pan des histoires personnelles des membres du groupe, auxquelles les prise en charge font écho, à travers des phénomènes d’identifications, ou des mécanismes de défense ou de rejet.

Superviser une équipe nécessite l’établissement d’un cadre sécurisant et d’une relation de grande confiance entre les différents membres du groupe.  Une supervision psychologique a un but d’efficience professionnelle clair, mais s’apparente émotionnellement à une thérapie de groupe… avec ses collègues de travail !

 

Supervision psychologique, cadre et limites :

Par expérience, une supervision psychologique en équipe, pose souvent un certain nombre de difficultés, de résistances et de réticences sans toutefois être considérées comme une intervention impossible ou inutile.

Cependant, pour superviser une équipe, du fait de l’abord incontournable de certaines dimensions personnelles de la vie des participants, ces séances nécessitent une plus grande confiance entre les membres du groupe. Il est essentiel que le groupe soit uniquement constitué de pair sans aucun lien hiérarchique, qu’il y ait une garantie de non-jugement et de bienveillance, et que le psychologue superviseur soit expérimenté.

 

 

Le psychologue superviseur

Le mot superviseur engendre souvent confusions et mauvaises interprétations. Le psychologue superviseur n’est pas un super héros. Il n’a pas de super pouvoirs et ne prétend pas posséder de vision supérieure à celle des autres.

La supervision psychologique est une vision plutôt décalée, qui se place à un autre point de vue. Un point de vue, plutôt en hauteur qui offre un panorama et tente d’appréhender une situation dans sa globalité, afin de dégager les points aveugles des différents acteurs, impliqués dans la situation. Le rôle du psychologue superviseur est semblable à celui des rétroviseurs qui renvoient au conducteur un aperçu des angles morts qui l’entourent et qu’il ne peut pourtant pas analyser, son regard reste figé à l’espace qui se présente devant lui.

Le psychologue superviseur doit donc adopter un regard qui se détache des discours rapportés par chacun afin de s’en décaler, de se mettre à la « bonne distance », et d’en offrir un autre point de vue intéressant. Mais il doit également adopter ce regard sur l’ensemble du groupe afin de relever les mouvements généraux, d’illusions groupales ou de brebis galeuses, qui émergent de la dynamique psychologique du groupe lui-même.

Ainsi, afin de garantir la pertinence et le respect du cadre d’un groupe de supervision psychologique, il est nécessaire que le groupe soit homogène et que le psychologue superviseur soit expérimenté.

 

Supervision en travail social

Définition supervision en travail social :

Le travail social engage une relation clinique, souvent duelle avec des personnes en souffrance. Cette relation d’accompagnement, même si elle est asymétrique, implique un engagement humain des deux parties, et peut s’avérer éprouvante, voire potentiellement menaçante pour les deux parties, suivant les phénomènes identificatoires et les mouvements transférentiels en jeu1.

Idéalement, la définition d’une supervision en travail social serait une séance individuelle, puisque son but est d’explorer comment la relation clinique d’accompagnement retentit et fait écho avec les problématiques personnelles du professionnel, afin d’éclairer les émotions et les difficultés émergeant chez ce dernier et qui peuvent entraver ou déformer la relation d’accompagnement.

Réalité de la supervision en travail social :

Cependant, pour des raisons d’organisation de travail et de surcoût évidents, à la fois pour l’institution et pour les professionnels, la mise en place de séances individuelles reste une option très compliquée, et souvent décidée d’une initiative personnelle.
Dans ce contexte, des séances de groupe de supervision en travail social peuvent s’avérer utiles et nécessaires, lorsqu’une petite équipe prend en charge un type de public particulier, généralement aux prises avec le même type de problématiques.

Si la confiance est au rendez-vous, il devient alors possible de travailler les phénomènes identificatoires et transférentiels de chacun, sans crainte d’être incompris ou jugé par ses pairs.

 Les mouvements transférentiels décrivent le transfert et le contre-transfert dans une relation d’accompagnement clinique. Ces éléments sont, pour une grande part, inconscients et se situent dans un axe imaginaire. Le transfert est constitué par les éléments que le patient transfère de son histoire infantile sur la personne du soignant ; cela peut être une demande d’amour, teintée par une frustration dans l’enfance, et qui se manifeste par une attitude séductrice de la part du patient envers le soignant. Le contre-transfert, est la somme des éléments qui naissent chez le professionnel, en réponse au transfert du patient. Dans l’exemple précité, le professionnel peut ressentir une attirance envers le patient, en éprouver malaise et culpabilité, sans prendre conscience que celle-ci est une simple réaction en réponse au transfert du patient.

 

La régulation d’équipe

Réunion de régulation, définition :

Une réunion de régulation d’équipe a généralement lieu en cas de conflits importants existant entre les membres d’une équipe de professionnels, ou lors d’une importante réorganisation des modalités et des conditions de travail.

Ces séances de régulation d’équipe permettent un lieu de parole encadré et sécurisé, dans lequel chacun peut s’exprimer dans une perspective organisationnelle constructive, sans que cela ne devienne pour autant un lieu de doléances stériles ou vindicatives.

Ce type de réunion de régulation implique la présence de l’ensemble des membres de l’équipe ou du service, supérieurs hiérarchiques inclus. La présence du personnel d’encadrement a toute son importance, puisqu’elle témoigne de la considération qu’ils accordent aux équipes, ainsi que de la reconnaissance de leurs potentielles difficultés.

Enfin, une réunion de régulation est généralement animée, soit par un psychologue, soit par un intervenant extérieur spécialisé en management et communication.

Dans tous les cas, durant les réunions de régulation d’équipe, sont visés l’apaisement des conflits ou le dégagement de pistes en vue de leur résolution, le renforcement de la cohésion d’équipe, ainsi que la promotion d’une communication interpersonnelle efficace et non violente.

EXEMPLE DE SÉANCES DE SUPERVISION PSYCHOLOGIQUE

Extrait issu d’un groupe de supervision psychologique en MECS :

Le travail de réflexion du binôme en séance de supervision psychologique a mis en exergue la difficulté de la prise en charge d’adolescents difficiles par des éducatrices référentes, ayant elles-mêmes des enfants dans l’âge de l’adolescence et sa crise.

Les interventions du psychologue superviseur ont pu accompagner le binôme de maman dans leurs questionnements et parfois leurs craintes quant à leurs capacités à être, elles-mêmes, de bonnes mères avec leurs propres enfants. Une fois les éléments transférentiels et identificatoires décortiqués et l’embrayeur émotionnel de chacune identifié, il s’est avéré plus simple pour les professionnels de prendre du recul, et une distance suffisante entre leurs vies privées et professionnelles.

EXEMPLE DE RÉUNION DE RÉGULATION D'ÉQUIPE

Extrait issu d’une réunion de régulation d’équipe en service hospitalier spécialisé (CHS):

La réunion de régulation d’équipe a été organisée à la suite d’un incident survenu entre plusieurs membres de l’équipe pluridisciplinaire autour de la notion de secret professionnel. En effet, une méconnaissance des textes règlementaires a amené un membre de l’équipe à mettre en avant le secret professionnel pour refuser de partager des informations sur un patient pris en charge dans le service. Le membre à qui les informations ont été refusées, a entendu ce refus comme une exclusion de l’équipe, voire, comme un non-respect de son rôle et de sa place au sein de l’équipe. L’intervenant, sans oublier d’expliciter sa compréhension du point de vue de chacun, a rappelé le cadre législatif des textes régissant le secret professionnel et ses règles de partage concernant les éléments pertinents pour la prise en charge. Puis a ouvert le dialogue sur d’autres difficultés personnelles et relationnelles auxquelles a pu renvoyer cette situation spécifique. S’en sont suivis plusieurs mouvements identificatoires au sein de l’équipe, et des pistes de compréhension d’un conflit anciennement cristallisé.

MES INTERVENTIONS

CONSULTATIONS

Thérapies narratives
Adolescents en difficulté (troubles alimentaires…)
HPI – Haut Potentiel Intellectuel
Développement personnel

SUPERVISION & RÉGULATION D'ÉQUIPES

Bien-être du professionnel
Cohésion d’équipes
Gestion des conflits

ANALYSE DES PRATIQUES

Posture professionnelle
Remettre du sens dans sa pratique
Accompagnement & relation
Éclairage clinique

FORMATIONS

Gestion du stress
Prise en charge du patient détenu
Gestion de la violence en institution
Santé mentale et accompagnement

FORMULAIRE DE CONTACT

9 + 4 =

error: